750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LA SOUPE DES LENDEMAINS DE FETES

Une variante de la soupe à l'oignon qui gagne à être connue !

Une recette idéale pour utiliser les restes des lendemains de fêtes ou de repas festifs.

 

INGREDIENTS POUR 6 ASSIETTES

 

200 g de restes de fromages de la veille (camembert, gruyère, bleu, roquefort, etc...)

Restes de pain rassis

2 verres de fond de bouteille de vin blanc sec ou de Champagne

200 g d'oignons

30 g de beurre

3 gousses d'ail

2 tomates moyennes

2 cubes de bouillon de volaille

1,5 l d'eau

1 cuillère à soupe de farine

 

 

MISE EN OEUVRE

 

Eplucher les oignons et les émincer finement.

Couper les fromages en morceaux et râper le gruyère si vous en avez.

Monder (retirer la peau) les tomates.

Eplucher l'ail et en écraser 2 gousses - garder l'autre pour le pain .

 

 

Faire revenir les oignons dans le beurre jusqu'à ce qu'ils soient bien colorés, mélanger une cuillère à soupe de farine dans les oignons, ajouter les 2/3 du fromage environ (garder le reste pour gratiner ou le gruyère si vous en avez) - ajouter les tomates coupées en morceaux, les gousses d'ail - bien mélanger, ajouter l'eau froide, le vin blanc, et les cubes de bouillon en les émiettant.

 

 

Cuire le tout environ 20 minutes en remuant plusieurs fois.

 

 

Frotter le pain avec la gousse d'ail qui reste et couper le pain en gros morceaux.

 

 

Pour finir

 

Quand la soupe est cuite, la mettre dans un plat, une casserole, ou des cassolettes allant au four, déposer dessus les tranches de pain aillées, répartir le fromage qui reste et mettre à gratiner.

 

Voir les commentaires

MES CARAMELS AU LAIT CONCENTRE NESTLE

Depuis quelques temps, j'avais imaginé réaliser des caramels à partir de lait concentré.

Ne trouvant pas de recette satisfaisante, j'ai mis au point celle-ci.

Particulièrement faciles à réussir, de texture ferme mais pas dure, ces délicieux caramels ne nécessitent pas de thermomètre quant à leur cuisson.

 

INGREDIENTS POUR 40 CARAMELS ( fonction de leur grosseur)

2 boites de lait concentré sucré Nestlé (750 g net de lait)

120 g de sirop de glucose (rayon aides pâtissières ou diététique des supermarchés)

30 g de beurre 1/2 sel

10 g d'extrait de vanille liquide

2 g de sel (1/2 cuillère à café)

 

MISE EN OEUVRE

Préparer une feuille de plastique type Silpat ou une feuille de papier cuisson légèrement huilée.

Dans une casserole à fond épais suffisamment grande (le feu ne doit pas lécher les parois), verser le lait concentré, le sel, le beurre, le sirop de glucose et la vanille.

Porter le tout à ébullition (feu moyen) et réduire sur le feu SANS JAMAIS CESSER DE REMUER.

L'appareil va rapidement épaissir puis va se concentrer de plus en plus. Sa texture, de liquide, va devenir de plus en plus épaisse et se raffermir.

Il est important de bien racler le fond et les angles de la casserole avec une spatule plate afin que l'appareil n'attache pas, ni ne brûle trop rapidement les protéines du lait.

Ne pas hésiter, pendant la cuisson, à éloigner plusieurs fois si nécessaire, la casserole du feu pour bien mélanger et homogénéiser  l'appareil.

Cuire jusqu'à ce que la masse, relativement ferme, se détache de la casserole tout en prenant, petit à petit, une jolie coloration caramel.

Quand la masse est à la consistance voulue, bien la mélanger une dernière fois puis la couler sur la feuille de cuisson et laisser refroidir avant de détailler (formes au choix).

NB : Si nécessaire, on peut très facilement vérifier la texture du caramel en plongeant un peu de celui-ci (prélevé de la masse avec une cuillère à café) dans un bol d'eau glacée. On doit pouvoir réaliser une boule de consistance ferme.

MES CARAMELS AU LAIT CONCENTRE NESTLE

Voir les commentaires

J'ai pensé vous aider en intégrant dans mon blog (lien en fin d'article) l'adresse  de Charlotte BAILLY qui, chaque jour, réalise un travail considérable pour nous aider à consommer de manière plus saine et plus responsable.

Charlotte s'intéresse de près à cette problématique du “mieux manger”, en essayant de supprimer de nos assiettes les produits qui pourraient nous nuire, où nuire à la planète!  

Elle vient de réaliser un article détaillé (accompagné par plusieurs infographies « de poche ») sur l’importance de consommer des fruits et légumes de saison. Outre les nombreux bénéfices apportés par une consommation saisonnière de ces produits (plus de saveurs, meilleurs pour la santé et pour la planète… et détaille également les dangers de ne PAS le faire (coûts plus élevés, emballages supplémentaires, pollution etc…). 


N'hésitez surtout pas à visiter son excellent site qui, j'en suis convaincu, vous apportera autant qu'à moi, une aide précieuse.

Je cite Charlotte :

" Personne n’aime attendre et encore moins lorsqu’il s’agit de manger! On a longtemps pensé que la disponibilité des fruits et des légumes hors saison était un luxe devenu abordable grâce à la mondialisation, toutefois, cette conception n’a pas fait long feu devant la multitude de problèmes que soulève cette pratique. Voyons cela en détail.

Nous sommes tous des consommateurs à notre échelle et nous avons, au moins inconsciemment, une liste plus ou moins hiérarchisée des priorités que nous favorisons dans nos décisions alimentaires. On retrouve ainsi :

- 1. Une exigence de qualité (On veut le produit sain et savoureux)

- 2. Une exigence socio-environnementale (On veut que la production et l’acheminement du produit ne soient pas nuisibles à la planète et aux populations)

- 3. Une exigence d’accessibilité (On veut le produit facile à se procurer et abordable)

- 4. Une exigence de temporalité (On veut le produit n’importe quand)

Nul besoin d’être un expert en la matière pour comprendre les mécanismes qui entrent en jeu. On ne peut pas tout avoir à la fois et certaines exigences ne pourront simplement pas être satisfaites. En revanche, on peut déjà voir que si les points 1 et 2 sont raisonnablement indispensables, les points 3 et 4 sont dictés par des habitudes de consommation, c’est-à-dire qu’ils sont plus faciles à contourner.

Nous allons ici nous concentrer sur le dernier point pour montrer comment on peut favoriser les points 1, 2 et 3 - soit manger des fruits et légumes plus savoureux, plus sains, plus écologiques et moins chers avec comme seul outil de la patience !

Fruits et légumes de saison : de la qualité et du goût !

Pour faire pousser des aliments hors saison, il faut de l’espace. Cela implique que les cultures sont situées loin (parfois littéralement à l’autre bout du monde) du consommateur. Il faut donc acheminer les produits et cela prend du temps. Le facteur temps est crucial car les fruits et légumes perdent leur qualité gustative très rapidement après la récolte. On a donc des fruits trop mûrs ou qui finissent de mûrir dans l’obscurité de la soute d’un véhicule. Il n’est donc pas étonnant qu’on ait l’impression que la saveur est restée bloquée à la douane.

En revanche, les produits locaux et de saison sont une garantie supplémentaire de qualité et de goût. Les fruits et les légumes sont disponibles le lendemain de la récolte et ont donc pu se développer convenablement. Les vertus nutritives sont préservées et la saveur est à son maximum.

Pourquoi payer plus cher quand c’est moins bon ?

Comme si ça ne suffisait pas d’être moins bons et moins nourrissants, les produits hors saisons sont aussi considérablement plus chers et – point très important – les prix peuvent fluctuer de façon imprévisibles sur des ordres de grandeur parfois doublés, voire triplés ! Le transport et les conditions de production artificielles n’affectent donc pas que la saveur, ils nous coûtent aussi très cher.

Lorsque le prix ne semble pas excessif, il suffit de se reporter à la liste de nos exigences contradictoires pour trouver l’explication : la qualité du produit a été volontairement dégradée à grand renfort de pesticides et techniques de production industrielle en tout genre pour garder un

prix abordable (point 1) et/ou les conditions de fabrications sont désastreuses pour l’environnement (point 2). La question est donc, avons-nous vraiment envie de manger ça ?

Et la santé ?

Il faut savoir qu’en règle générale, la nature est bien faite. Nos organismes ont évolué pour tirer le meilleur des ressources alimentaires immédiatement disponibles dans notre environnement. C’est pour cette raison que notre corps apprécie autant les fruits gorgés de vitamine C qui poussent en hiver et les légumes chargés d’eau quand la saison est plus sèche.

En fait, sortir de ce cycle, c’est priver notre système immunitaire de toute une panoplie d’outils de défense face aux maladies (dont la majorité respecte soigneusement le cycle des saisons pour sa part !). Sans parler des maladies moins saisonnières (cancers pour ne citer qu’eux) qui se développent de façon curieusement proportionnelle à l’utilisation des pesticides qu’on utilise pour faire pousser des légumes hors saison. A méditer.

L’hors-saison, ou le paradoxe du serpent qui se mord la queue.

Consommer des aliments hors saison est une décision plus lourde de conséquences qu’on ne le pense. Plus personne aujourd’hui n’ignore les problématiques liées au transport (pollution, coûts énergétiques) et au stockage (utilisation massive de plastique et d’emballages en tout genre). Aujourd’hui, il faut aussi prendre en considération les autres aspects de ce mode de consommation. Explications : Pour amener un panier de fraises dans l’assiette d’un français en plein mois de Décembre, il existe plusieurs façons de procéder qui sont d’autant plus pesantes qu’elles ne sont pas exclusives et peuvent se potentialiser mutuellement :

La production sous serre, c’est-à-dire qu’on va recréer artificiellement les conditions propices à la maturation du fruit. C’est coûteux en énergie, en espace, en main d’oeuvre et les techniques modernes ne permettent pas encore d’atteindre une qualité comparable à la production naturelle. Autrement dit, on dépense plus de ressources et on paie plus cher pour un produit moins bon.

L’importation est une deuxième façon de trouver des produits hors saison. Quand ce n’est pas la saison chez nous, c’est presque systématiquement la saison ailleurs alors pourquoi s’en priver ?

La réponse à cette question est plus évidente qu’on ne le pense. Ce modèle serait fonctionnel (et même plutôt bénéfique) s’il se limitait à une relation d’import/export entre deux états. Seulement, la réalité est bien plus complexe et ce n’est pas deux états qui entretiennent ce type de relation mais un réseau qui relie presque tous les états entre eux. On constate alors que quelques pays se retrouvent en position de répondre à des demandes gigantesques et que l’exploitation de tels marchés implique des transformations environnementales majeures. C’est ainsi qu’on en vient à pratiquer massivement la déforestation et à bouleverser des écosystèmes entiers de façon permanente pour créer rapidement des moyens de production. Tout ceci, au détriment des sols (techniques de production déraisonnées répondant à un besoin court-termiste), des populations (expropriations, pollution, conditions de travail) et de l’économie de tous pays concernés (hyper

spécialisation des moyens agricoles, perte de moyens des agriculteurs proches de nous, pression du privé sur le public… etc.).

Le problème ce n’est donc pas qu’une personne consomme des fruits hors saison, c’est qu’énormément de gens le font. La solution est donc simple : se responsabiliser et sensibiliser.

 

 

 

Voir les commentaires

Published by Bernard DAUPHIN, - gazette de notre maison d'hôtes

CHAMPIGNONS DES BOIS A l'AIGRE DOUX

Ces pickles accompagneront avantageusement terrines, pâtés, foies gras, viandes blanches ou tout simplement l'apéritif.

 

 

 INGREDIENTS POUR 6 à 8 BOCAUX 

2000 g d'assortiment de champignons sauvages (ici lactaires délicieux, agarics des forêts, amanites épaisses et amanites rougissantes, différentes espèces de cèpes et bolets) -

1 litre de vinaigre d'alcool
250 g de sucre roux

2 oignons moyens

250 g de miel de forêt
10 g de graines de 5 baies
1 cuillerée à soupe de graines de moutarde

1 cuillère à soupe de graines de coriandre
1 feuille de laurier

2 branches de thym frais
3 clous de girofle
2 gousses d'ail écrasées

20 g de sel marin

Huile d'olive

Sel pour la cuisson

MISE EN OEUVRE

 

Nettoyez soigneusement tous les champignons, et les couper en morceaux -

Dans une grande casserole, bouillir 1 litre d'eau avec 50 g de sel - Ajouter les champignons et blanchir pendant 5 minutes -

Egoutter les champignons -

 

 

 

 

 

Dans une sauteuse, verser un peu d'huile d'olive et y faire revenir les oignons émincés puis ajouter les 5 baies, la coriandre, la moutarde, les clous de girofle, l'ail écrasé, le laurier et le sel

Cuire 2 minutes environ puis ajouter le miel, le sucre et le vinaigre. Porter à ébullition puis ajouter les champignons -

A la reprise de l'ébullition, mijoter 5 minutes à feu doux en remuant régulièrement -

.

Laisser refroidir, retirer les branches de thym et le laurier puis mettre en bocaux -

Entreposer de préférence au frigo et consommer après maturation d'une dizaine de jours .

 

 

 

NB : On peut remplacer 20% du vinaigre par du vin blanc - Pour des quantités moindres, tenir compte du fait que les champignons réduisent d'environ 40% à la cuisson et prévoir les proportions en conséquence

Si l'assortiment comprend des espèces demandant plus de cuisson que d'autres, cuire les espèces de champignons séparément puis les rassembler pour la cuisson au vinaigre.

 

Voir les commentaires

LES LACTAIRES DELICIEUX AUX FRUITS D'AUTOMNE

Les lactaires délicieux sont encore très nombreux cette année.

L'occasion de déposer une recette de dessert originale, réalisée avec ce champignon qui se marie parfaitement avec le sucre et les fruits et qui vous permettra d'étonner vos invités.

 

INGREDIENTS POUR 6 personnes

6 grosses têtes de lactaires délicieux (ou 12 moyennes)

2 pommes (ici Pink Lady et golden)

2 poires moyennes (ici Conférence)

50 g de mélange de raisins moelleux (Prunille)

50 g de pruneaux dénoyautés moelleux (Prunille)

2 figues fraîches

1 cuillère à soupe de dés d'orange confite

12 cerneaux de noix

100 g de beurre doux

175 g de sucre (100 + 75)

Glace vanille en quantité suffisante

 

 

MISE EN OEUVRE

 

Couper les pieds des champignons - Parer les bords afin d'obtenir des bords nets et propres -

Laver les champignons à l'eau courante.

Dans une casserole, porter 1 litre d'eau à ébullition avec 100 g de sucre -

Y plonger les champignons et les blanchir environ 10 minutes -

Egoutter et réserver -

 

 

 

 

Eplucher et couper les pommes et les poires en dés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans une poêle, faire sauter les dés de pommes et de poires avec le beurre jusqu'à obtention d'une légère couleur dorée -

Ajouter les raisins, les noix hachées, les dés d'orange, les pruneaux et les figues coupés en morceaux

et le sucre - Cuire jusqu'à légère caramélisation -

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Farcir chaque tête de lactaire avec la farce aux fruits - Servir chaud avec une quenelle de glace vanille et le jus de cuisson -

 

Voir les commentaires

LA PATE DE COINGS ET DE POMMES

pate-de-coing-et-de-pomme.jpg

 

Une merveilleuse pâte de fruit de saison.

Cette recette, contrairement à d'autres pâtes de fruits, se réalise par dessèchement de la pulpe.
L'ajout de pomme sublime les aromes subtils du coing.

 

INGREDIENTS
2 kg de coings bien mûrs
1 kg de
pommes 
1/2 bâton de vanille 
 2 kg de sucre environ

 

Pour des quantités moindres ou plus importantes, faire une règle de 3.

   

MISE EN OEUVRE

 

Laver les fruits et les couper en morceaux en laissant les pépins qui contiennent la pectine et assurent une meilleure tenue à la pâte.

 

Mettre les fruits dans une grande marmite avec 25 cl d'eau environ et le demi-bâton de vanille. Porter à ébullition et cuire environ 20 minutes.

 

 NB : A ce stade de la cuisson, les fruits peuvent être utilisés pour réaliser une délicieuse tarte tatin "pommes/coings".

 

 

Retirer la vanille. Mixer les fruits très finement et les passer à la passoire fine (le travail est un peu long ). Si vous n'avez pas mis les pépins, la passoire n'est pas nécessaire.

 

 

 

 

 

 

Recueillir la pulpe de fruits, la peser et ajouter 80 % du poids des fruits en sucre. Porter à ébullition et cuire jusqu'à ce que le fond de la casserole apparaisse (environ 20 minutes) et sans cesser de remuer, en raclant bien le fond pour éviter que la pulpe attache.

 

Personnellement, je cuis cette pâte de fruits à 72° brix (au réfractomètre).

 

 

 

Couler la pâte de fruits entre 4 règles posées sur une feuille de film alimentaire, sur une épaisseur d'environ 15 à 20 mm, ou la verser dans des moules souples.

 

Ici, j'ai fait les 2 (moules souples en forme de coeur).

 

 

 

Laisser refroidir et croûter (environ 12 heures). Retourner éventuellement la pâte pour laisser sécher et croûter l'autre face. Détailler selon l'envie.

 

Pour finir

 

Rouler les pâtes de fruits dans le sucre cristallisé. Conserver au frais et au sec.

 

NB : Ces pâtes de fruits se congèlent parfaitement et tiennent très bien la congélation

Voir les commentaires

Le blog de Bernard DAUPHIN

Le blog de Bernard DAUPHIN

"Le Blog d'un ex-professionnel (chocolatier confiseur et chef de cuisine) - Plus que des recettes, le partage et la transmission du savoir, du savoir-faire, de tours de main et d'astuces professionnels - "

Articles récents

Hébergé par Overblog