750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un classique de la pâtisserie française inventé en 1955 par Cyriaque GAVILLON de la maison DALLOYAU en hommage à une danseuse étoile et à ses petits rats qui faisaient des entrechats dans sa boutique.-

ATTENTION : Pour conserver son brillant à la ganache, ne pas mettre le gâteau au réfrigérateur mais le conserver au frais

Pour 6 personnes :

 

Pour le biscuit :

 

150 g de pâte d'amandes blanche (50%) 
6 oeufs 

100 g de sucre cristal 
50 g de farine
Pour la crème au beurre :

 

 4 jaunes d'oeufs

  100 g de sucre

  1 cuillère à soupe d'extrait de café

  40 g d'eau

  300 g de beurre doux

Pour la ganache :

 

  250 g de crème fleurette

  50 g de lait

  400 g de chocolat noir

  100 g de beurre doux

Pour le sirop de punchage :

 

  200 g de sucre

  100 g d'eau

  1 cuillère à soupe d'extrait de café

  20 g de kirsch

Pour le fond :

 

  50 g de chocolat à fondre

 

  • Biscuit à opéra :
    Dans le mixer (cutter à lame) mettre la pâte d'
    amandes coupées en dés, la farine et les jaunes d'oeufs.
    Mixer environ 4 à 5 minutes jusqu'à l'obtention d'un
    appareil homogène.
    Battre les blancs en neige ferme avec une pincée de sel en incorporant à mi-parcours le sucre cristal.
    Mélanger les blancs délicatement à l'
    appareil précédent en soulevant délicatement la masse.
    Coucher l'appareil sur une plaque de cuisson chemisée de papier sulfurisé et entreposer au réfrigérateur environ 30 minutes - Préchauffer le four à 230°C (thermostat 8) et cuire environ 7 minutes (jusqu'à coloration) - Réserver.
Opéra
  • 2     Sirop de punchage :
    Dans une casserole, mettre 200 g de sucre avec 100 g d'eau, bouillir 30 secondes environ - Retirer du feu et ajouter l'extrait de
    café- Laisser refroidir, - A froid, ajouter le kirsch.
    Crème au beurre
    café :
    Dans un saladier mettre les 4 jaunes d'
    oeufs et les fouetter.
    Dans une casserole, cuire le sucre avec l'eau à 123°C. Quand la température est atteinte, verser en filet le sirop de sucre sur les jaunes d'
    oeufs et fouetterà grande vistesse jusqu'à refroidissement - Les jaunes vont blanchir et épaissir jusqu'à ce que les fouets marquent franchement l'appareil.
    Dans un autre saladier,
    fouetter le beurre en pommade (très souple) puis ajouter cuillère par cuillère les jaunes battus avec le sucre - Continuer de bien fouetter jusqu'à ce que tout l'appareil soit incorporé (comme une mayonnaise) - Ajouter ensuite l'extrait de café (corriger la quantité en fonction de la force désirée, selon goût). Réserver à température ambiante.
Opéra
  • 3     Ganache à opéra :
    Dans une casserole, bouillir la crème fraîche avec le lait. Retirer du feu, ajouter le chocolat coupé en morceaux. Laisser reposer environ 5 minutes puis ajouter le beurre très mou - Bien fouetter pour lisser l'appareil - Laisser reprendre corps au réfrigérateur en surveillant car l'appareil doit pouvoir être aisément étalé donc ne doit pas être trop dur.
Opéra
  • 4     Fondre 50 gr de chocolat au bain-marie ou au micro-ondes.
    Couper le biscuit en 3 parties identiques, retourner celle qui devra servir de socle et l'enduire de chocolat fondu à la spatule ou au pinceau (cette précaution permet d'étanchéiser le biscuit et au sirop de punchage de suinter à travers).
    Entreposer le biscuit au réfrigérateur jusqu'à ce que le chocolat soit recristallisé.
    Poser le
    fond de biscuit sur le plan de travail, côté chocolat en dessous, et imbiber généreusement le biscuit avec le sirop au café.
    A la spatule, enduire le biscuit d'une couche de crème au beurre (5 mm environ).
Opéra
  • 5     Puncher une seconde feuille de biscuit puis la déposer sur la première (côté punché dessous) enduite de crème au beurre.
    Le repuncher sur le dessus puis la tartiner généreusement de ganache au chocolat.
    Poser la dernière feuille de biscuit punchée comme la précédente puis l'enduire généreusement de crème au beurre
    café - Lisser la crème au beurre soigneusement à la spatule (très important pour la netteté et la qualité du résultat final).
    Mettre le tout au réfrigérateur pour que ganache et crème au beurre raffermissent.
Opéra
  • 6     Quand l'ensemble a suffisamment refroidi, le sortir du réfrigérateur puis le recouvrir de la ganache restante - Bien lisser à la spatule puis remettre au frais.
    Lorsque la ganache à repris corps, sortir le gâteau, le poser sur le plan de travail et
    parer (couper) les bords au couteau, soigneusement. Décor (inscription : Opéra en écriture anglaise ou fantaisie) à réaliser au cornet ou à la poche à douille.

    L'ASTUCE DE PRO : Pour conserver une ganache bien brillante, ne pas mettre le gâteau au réfrigérateur, sinon elle devient mate.
 

Voir les commentaires

salade-d-agrumes-aux-pistils-de-safran.jpgUn dessert plein de fraîcheur pour des lendemains de fête !







Pour 4 personnes :

 

  4 oranges

  2 à 3  pamplemousses roses

  4 boules de sorbet mandarine/citron (Nestlé "La Laitière")

  1 sachet de pistils de safran

  Grand Marnier ou Cointreau

  sirop de sucre de canne

  menthe fraîche

  • Préparation
  •  
Salade fraîcheur d agrumes aux pistils de safran
  • 1     Peler les fruits à vif à l'aide d'un petit couteau d'office bien tranchant. Il ne doit plus rester de peau blanche.
Salade fraîcheur d agrumes aux pistils de safran
  • 2     Prélever les suprêmes (tranches de chair entre les cloisons blanches). Se mettre au-dessus d'une assiette pour récupérer le jus. Bien presser la pulpe résiduelle et récolter le jus. Réserver jusqu'au service, au réfrigérateur.
Salade fraîcheur d agrumes aux pistils de safran
  • 3     Mélanger le jus d'orange récolté, un peu de sirop de sucre de canne, un peu de Grand-Marnier (ou de Cointreau selon le goût) et les pistils de safran. Le tout doit faire la valeur d'un verre environ. Bien mélanger la préparation et laisser macérer jusqu'au service (la sauce prend une jolie couleur jaune et se parfume).
Salade fraîcheur d agrumes aux pistils de safran
  • 4     Répartir les suprêmes (pamplemousses et oranges) dans 4 assiettes en alternant les couleurs.
Salade fraîcheur d agrumes aux pistils de safran
  • 5     Répartir le jus sur les suprêmes, poser une boule de sorbet mandarine/citron, décorer d'une feuille de menthe fraîche et servir.

Voir les commentaires

 

 

 

 

 

avocat-framboises-fruits-secs-copie-1.jpg

 

Une entrée originale et fruitée incontournable de mes tables d'hôtes que je décline en mise en bouche, entrée assiette ou verrine en fonction des quantités dont je dispose et de la composition du reste du menu.

Vraiment une autre façon d'apprécier l'avocat !
 Il vous faudra :
mousseline-d-avocat-aux-framboises.jpg

                Pour 6 personnes :

 4 avocats mûrs (c'est mieux)

  2 cuillères à soupe rases de cerneaux de noix hachés

  •   10 framboises fraîches (à défaut, surgelées)
  •   vinaigre de vin rouge aromatisé à la framboise
  •   huile de noix
  •   crème fraîche liquide
      citron, sel, poivre

Couper les avocats en deux, retirer le noyau (tenir l'avocat d'une main, et de l'autre, planter fermement le tranchant d'une lame de couteau dans le noyau puis tourner d'un quart de tour - le noyau se détache tout seul),
à l'aide d'une cuillère à soupe, détacher la chair de la coque.

 
  • 2     Couper les chairs d'avocat en cubes, les citronner légèrement avec le jus de citron

    Mettre les dés d'avocat dans un mixer avec 2 cuillères à soupe d'huile de noix, sel, poivre et mixer pour obtenir une purée très fine -
    Ajouter environ 3 cuillères à soupe de crème fraîche entière et mixer encore quelques secondes.
    Vérifier et rectifier l'assaisonnement s'il y a lieu -

    Réserver au froid couvert d'un film "au contact" pour éviter l'oxydation.

    Hacher finement les cerneaux de noix.
    Dans un saladier dissoudre le sel dans le vinaigre, ajouter le poivre, les framboises, les noix hachées (en garder un peu pour le décor), l'huile de noix. Bien mélanger (s'il le faut, écraser les framboises à la fourchette)

    Mélanger au fouet.

    Dresser une quenelle de mousseline d'avocat dans une assiette, une cuillière, une coupelle etc ... entourner d'un cordon de sauce framboises -

    Décor cerneaux de noix hachées, pluche persil ou cerfeuil, framboises.

Voir les commentaires


Faciles à réaliser et de très longue conservation !



La technique que j'utilise est celle du sucre massé (appelée aussi par certains confiseurs "sucre conserve"). Elle permet de réaliser des pièces en sucre (colonnes, moulage de sujets divers ...) de très longue conservation et très solides.

LA TECHNIQUE dans son principe : 
Lorsqu'on frotte un sirop de sucre, le sucre recristallise. Un seul cristal non fondu mélangé à un sirop le fait recristalliser dans sa totalité.

Vous comprenez ainsi facilement pourquoi on emploie souvent des anti-cristallisants et notamment du sirop de glucose, pour éviter ce phénomène naturel.

La technique du sucre massé va donc consister à conduire la recristallisation et mouler des sujets avant que le sucre ne "masse".


 
Ingrédients :


500 gr de sucre
(blanc ou blond, vergeoise, cassonnade ...)

150 gr d'eau

Facultatif : arômes et colorants alimentaires

 

MISE EN OEUVRE


Mettre l'eau et le sucre dans une casserole et cuire l'ensemble à une température de 118 à 120° C - Si vous utilisez des colorants ou aromes alimentaires, les ajouter à la masse de sucre aux alentours de 100 ° C.

Lorsque la température est atteinte, retirer la casserole du feu et laisser débuller pendant 1 minute environ.

Tremper une cuillère (j'utilise une cuillère en bois) dans le sucre et frotter fermement le dos de la cuillère sur les parois de la casserole. Le sucre frotté va recristalliser et devenir tout blanc.

Racler ce sucre et l'incorporer au sirop se trouvant dans la casserole - Eventuellement, renouveler l'opération et pencher légèrement la casserole pour recouvrir de sirop bouillant le sucre qui a recristallisé -
Bien racler ce sucre et le mélanger intimement au sirop.

A ce stade, le sirop de sucre va se troubler. Ensemencée en cristaux, la masse de sucre va recristalliser en quelques minutes. 

Il ne vous reste plus qu'à couler rapidement le sirop (avant sa recristallisation) dans des moules souples et laisser complètement refroidir en laissant tranquillement s'opérer la recristallisation du sirop.

Pour couler le sucre, j'utilise un entonnoir automatique ce qui permet de travailler vite et remplir convenablement les alvéoles des moules sans perte de matière-

Démouler bien froid après cristallisation parfaite.

Vous pouvez réaliser des sucres de plusieurs couleurs en utilisant la même technique, comme je l'ai fait pour la photo.

 

Voir aussi mes recettes de "cuillères en sucre" et "sucre coulé massé : photophore de Noël" qui utilisent la même technique.

 

 

 

 

 

 

d'autres possibilités du sucre massé sur ce blogd'autres possibilités du sucre massé sur ce blog

d'autres possibilités du sucre massé sur ce blog

Voir les commentaires

GALETTE DES ROIS AU CHOCOLAT

INGREDIENTS

2 rouleaux de pâte feuilletée pur beurre (maison ou industrielle : personnellement, je ne réalise plus ma pâte feuilletée mais la commande, laminée à 3 mm, en plaques de 60x40 cm, par 10 kg, chez mon boulanger) -

100 g de beurre demi sel -

100 g de sucre en poudre -

40 gr de cacao poudre -

125 g de poudre d'amande -

2 oeufs -

1 cuillère à soupe de rhum -

2 cuillérées à café d'extrait d'amande amère

Dorure : 1 jaune d'œuf battu avec un peu d'eau

MISE EN OEUVRE

Blanchir les oeufs et le sucre puis ajouter le beurre en pommade, la poudre d'amande, le rhum, l'amande amère et le cacao poudre -

Obtenir un mélange homogène -

Couper et étendre un premier disque de pâte feuilletée sur la plaque de cuisson recouverte d'un papier sulfurisé (je me sers d'un cercle à entremet comme coupe-pâte)-

Dresser l'appareil chocolat à l'aide d'une poche à douille (douille de 12) en veillant à laisser un espace d'environ 2 cm sur les bords pour souder la galette -

Incorporer la fève puis humecter les bords du premier disque de pâte avant de poser le second disque -

Presser les bords puis chiqueter les bords a couteau -

Dorer la galette au pinceau en veillant à ne pas mettre de dorure sur les bords (la galette ne monterait pas) puis entreposer au moins 1 heure au réfrigérateur -

Eventuellement, dorer une seconde fois et remettre au frigo (pour sécher la dorure)

Décorer la galette à l'aide d'une pointe de couteau

Cuire 30/35 minutes dans un four préchauffé à 240 degrés puis baissé, immédiatement redescendu à 200 degrés -

5 minutes avant la fin de la cuisson, saupoudrer la galette d'un peu de sucre glace ou d'un sirop (1/3 eau - 2/3 sucre) pour améliorer la brillance -

Refroidir sur grille -

GALETTE DES ROIS AU CHOCOLATGALETTE DES ROIS AU CHOCOLAT
GALETTE DES ROIS AU CHOCOLATGALETTE DES ROIS AU CHOCOLAT

Voir les commentaires

pain-maison.jpg

 

 

Ingrédients (avec je fais 4 pains)

 

 

 

Farine T65 : 1000 gr (j’achète un mélange tout prêt de farines panifiables, en sac de 5 kg, chez le boulanger, bien meilleures que les farines du supermarché voisin)

Eau : 675 gr

Levure de boulanger fraîche : 18 gr

Sel : 18 gr

 

 

 

 

 

 

 

Température de base : 72 degrés au batteur et 75 degrés manuellement (elle est égale à : température de la pièce + température de la farine + température de l’eau) –

Pour un pétrissage au batteur, je réduis  légèrement la température de l’eau car le batteur à tendance à chauffer la pâte.

Très importante, car la parfaite réussite de la recette en dépend, cette température doit être mesurée à chaque fois que l’on fait la recette – La température de l’eau est ajustée en fonction des autres paramètres de la formule -

 

Poolish : C’est un levain pâteux : Je préfère, de très loin, cette méthode à l’utilisation de la levure seule - La poolish donne de très grandes qualités au pain : le goût est plus prononcé, la mâche est plus longue, la mie a une jolie couleur plus bonde, les pains sont d’un plus bel aspect avec une coupe plus ouverte – Le temps de conservation est augmenté -

Mélanger 200 gr de farine avec 200 gr d’eau et la levure délayée dans l’eau – Laisser fermenter 1 heure 30 à 2 heures – Ne jamais ajouter le sel dans la poolish -

 

Frasage (crochet) :  Le frasage est le mélange des ingrédients –

 

 1ère vitesse : 5 mn : Dans la cuve, mettre la poolish puis mélanger le sel avec le reste de l’eau, ajouter la farine restante -

 

Pétrissage (crochet)     2ème vitesse : 12 mn

 

Il faut obtenir une pâte souple qui se détache seule des parois -

 

Température résiduelle de la pâte : 23 à 25 degrés – (important pour une pousse correcte) 

 

Pointage : Le pointage désigne la première « pousse ou levée» de la pâte - Très important, il confère à la pâte sa texture, son goût, son aspect alvéolé -

15 mn dans la cuve du batteur ou en bac à température ambiante – Si la pâte à du mal à pousser, l’hiver par exemple, on peut la rapprocher d’une source de chaleur (radiateur) – Eviter absolument les courants d’air –

 

 

Division (ou boulage) : en pâtons de 400 gr ou de poids moindre.

 

Détente (repos de la pâte après la division) : Indispensable, elle facilitera l’allongement au façonnage et évitera le déchirement de la pâte.

20 mn en boule ou en pâtons

 

Façonnage en pains de 400 gr environ (ou toute autre forme au choix)

 

 

Apprêt : 2 heures à 18 degrés et 65 à 70% d’hygrométrie

 

L’apprêt désigne la seconde « pousse » - Le pâton doit doubler de volume –

Le pâton est prêt à être enfourné lorsque, après une légère pression du doigt, la pâte revient immédiatement à sa forme originelle –

 

 

Farinage : Après dressage sur la plaque du four, le pain est légèrement saupoudré de farine, ce qui lui confère une belle allure.

 

Coupe : Donner un ou plusieurs coups de lame de cutter dans la pâte, après farinage et avant enfournement

La coupe évite l’éclatement du pain en concentrant, à son niveau, la pression du gaz carbonique formé par les levures -

 

 

Cuisson : four traditionnel à sole 240 à 250 degrés –

 

Placer un bol d’eau bouillante prêt du pain à cuire – La vapeur d’eau va donner un beau brillant au pain –

 

Le pain est correctement cuit lorsque :

 

La couleur est uniforme jusqu’à l’intérieur de la coupe

      -       La croûte est dure et croustillante

Le pain sonne « creux »

 

 

 

Temps de cuisson des pricipaux pains :

 

 

 

Petits pains de 80 gr : 15 mn environ à 250 degrés

Bâtard de 350 gr : 25 mn environ à 250 degrés

Pain de 450 à 500 gr : 25 à 30 minutes à 240 degrés –

Couronne de 700 gr : 35 mn à 240 degrés –

Boule de 1000 gr : 60 mn à 210 degrés –

 

Le temps de cuisson peut varier d’un four à l’autre.

 

    

 

Ressuage : Sur grille jusqu’au refroidissement

 

 

Le pain doit être manipulé avec précaution ; Il est brûlant, cassant à la sortie du four et les bords de la coupe sont durs, voire tranchants –

 

 

 

Les pâtons qui ne sont pas cuits immédiatement sont placés au réfrigérateur après le façonnage pour bloquer l’action des levures.

 

 

 

Les défauts du pain :

 

 

 

Le pain est lâche et avec des grosses alvéoles :           Pâte mal travaillée, la diviser en deux et le travailler plus longtemps

 

 

 

Le pain est lourd et compact : La pâte est insuffisamment pétrie, elle n’a pas assez levé –

 

 

 

Le pain est insuffisamment cuit à l’intérieur : Cuisson trop courte, four trop chaud ( la prochaine fois, enfourner à four chaud, baisser la température et cuire plus longtemps)

 

 

 

Le pain retombe après avoir levé : Pâte insuffisamment travaillée - Retravailler la pâte et remettre à lever

 

 

 

Le pain est dur : trop de farine ou apprêt insuffisant –

 

 

 

Le pain lève mal : levure non fraîche (augmenter la dose), eau de coulage trop chaude (la levure perd ses propriétés), l’eau de coulage est trop froide (la pousse se fait sur une durée plus longue), la levure a été « tuée » par le sel, la pâte est mise à lever dans un endroit trop chaud -

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Le blog de Bernard DAUPHIN

Le blog de Bernard DAUPHIN

"Le Blog d'un ex-professionnel (chocolatier confiseur et chef de cuisine) - Plus que des recettes, le partage et la transmission du savoir, du savoir-faire, de tours de main et d'astuces professionnels - "

Articles récents

Hébergé par Overblog