750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #preparations de base catégorie

Le tressage de la pâte à fleurs permet de réaliser de jolis paniers qui permettront la présentation de dragées maison, orneront les centres de table, agrémenteront les gâteaux, wedding-cakes ou pièces montées et croquembouches de toutes sortes. 

Simples à réaliser, ils peuvent être blancs, de couleur, ou panachés. (tresse de couleurs différentes)

Toutes les formes (rondes, carrées, ovales, longues en panière, hautes, etc ...) et tailles sont permises (avec ou sans anse). On peut se servir de photos pour reproduire des paniers du commerce. La seule limite est l'imagination.

INGREDIENTS

Pâte à fleurs

Piques en bambou

Polystyrène

NB : On peut remplacer les piques en bambou par des bâtons de sucette, des petites tiges de métal (aluminium par exemple), ou en bois etc ... -

Le polystyrène, qui sert de socle pendant le travail, peut aussi être remplacé, par exemple, par une planchette de bois percée de trous au diamètre des tiges/supports utilisées pour des réalisations plus importantes. Dans ce cas, le fond du panier est collé en fin de travail.

A voir également sur mon blog :

La pâte à fleurs

Les astuces de fabrication des fleurs en pâte à fleurs

La fabrication d'empreintes pour feuilles en pâte à fleurs

Le moulage creux de la pâte à fleurs

Le vernis alimentaire

 

Découper une abaisse de pâte à fleurs à la forme et dimensions souhaitées (ici, pour l'exemple, rond et carré) - Positionner les tiges/supports qui serviront pour le tressageen les piquant au travers de l'abaisse, dans le polystyrène. Découper des bandes de pâte laminée et les poser, en alternance. On peut utiliser des boudins de pâte pour avoir un tressage "rond" ou des bandes pour avoir un tressage "plat", comme dans l'exemple que j'ai réalisé. Eviter d'utiliser des bandes ou boudins trop longs qui pourraient se rompre pendant la réalisation du panier. Ne pas hésiteer à faire tourner les tiges sur elles-mêmes pour éviter qu'elles collent à la bande de pâte, ce qui gènerait leur retrait ultérieur -
Découper une abaisse de pâte à fleurs à la forme et dimensions souhaitées (ici, pour l'exemple, rond et carré) - Positionner les tiges/supports qui serviront pour le tressageen les piquant au travers de l'abaisse, dans le polystyrène. Découper des bandes de pâte laminée et les poser, en alternance. On peut utiliser des boudins de pâte pour avoir un tressage "rond" ou des bandes pour avoir un tressage "plat", comme dans l'exemple que j'ai réalisé. Eviter d'utiliser des bandes ou boudins trop longs qui pourraient se rompre pendant la réalisation du panier. Ne pas hésiteer à faire tourner les tiges sur elles-mêmes pour éviter qu'elles collent à la bande de pâte, ce qui gènerait leur retrait ultérieur -Découper une abaisse de pâte à fleurs à la forme et dimensions souhaitées (ici, pour l'exemple, rond et carré) - Positionner les tiges/supports qui serviront pour le tressageen les piquant au travers de l'abaisse, dans le polystyrène. Découper des bandes de pâte laminée et les poser, en alternance. On peut utiliser des boudins de pâte pour avoir un tressage "rond" ou des bandes pour avoir un tressage "plat", comme dans l'exemple que j'ai réalisé. Eviter d'utiliser des bandes ou boudins trop longs qui pourraient se rompre pendant la réalisation du panier. Ne pas hésiteer à faire tourner les tiges sur elles-mêmes pour éviter qu'elles collent à la bande de pâte, ce qui gènerait leur retrait ultérieur -

Découper une abaisse de pâte à fleurs à la forme et dimensions souhaitées (ici, pour l'exemple, rond et carré) - Positionner les tiges/supports qui serviront pour le tressageen les piquant au travers de l'abaisse, dans le polystyrène. Découper des bandes de pâte laminée et les poser, en alternance. On peut utiliser des boudins de pâte pour avoir un tressage "rond" ou des bandes pour avoir un tressage "plat", comme dans l'exemple que j'ai réalisé. Eviter d'utiliser des bandes ou boudins trop longs qui pourraient se rompre pendant la réalisation du panier. Ne pas hésiteer à faire tourner les tiges sur elles-mêmes pour éviter qu'elles collent à la bande de pâte, ce qui gènerait leur retrait ultérieur -

Quand le tressage est terminé, réaliser des boudins en pâte à fleurs et fabriquer une tresse à 2 brins qui sera collée au bas du panier avec un peu de pâte à fleur ramollie quelques secondes au micro-onde ou avec de la glace royale) - Avec des brins du diamètre des tiges/supports, laisser durcir puis remplacer les tiges supports par les boudins. Couper les tiges au niveau de la tresse du panier et les fixer discrètement au tressage, par l'intérieur, avec une pointe de glace royale ou de pâte à fleur ramollie. Quand le tressage est terminé, réaliser des boudins en pâte à fleurs et fabriquer une tresse à 2 brins qui sera collée au bas du panier avec un peu de pâte à fleur ramollie quelques secondes au micro-onde ou avec de la glace royale) - Avec des brins du diamètre des tiges/supports, laisser durcir puis remplacer les tiges supports par les boudins. Couper les tiges au niveau de la tresse du panier et les fixer discrètement au tressage, par l'intérieur, avec une pointe de glace royale ou de pâte à fleur ramollie. Quand le tressage est terminé, réaliser des boudins en pâte à fleurs et fabriquer une tresse à 2 brins qui sera collée au bas du panier avec un peu de pâte à fleur ramollie quelques secondes au micro-onde ou avec de la glace royale) - Avec des brins du diamètre des tiges/supports, laisser durcir puis remplacer les tiges supports par les boudins. Couper les tiges au niveau de la tresse du panier et les fixer discrètement au tressage, par l'intérieur, avec une pointe de glace royale ou de pâte à fleur ramollie.
Quand le tressage est terminé, réaliser des boudins en pâte à fleurs et fabriquer une tresse à 2 brins qui sera collée au bas du panier avec un peu de pâte à fleur ramollie quelques secondes au micro-onde ou avec de la glace royale) - Avec des brins du diamètre des tiges/supports, laisser durcir puis remplacer les tiges supports par les boudins. Couper les tiges au niveau de la tresse du panier et les fixer discrètement au tressage, par l'intérieur, avec une pointe de glace royale ou de pâte à fleur ramollie.

Quand le tressage est terminé, réaliser des boudins en pâte à fleurs et fabriquer une tresse à 2 brins qui sera collée au bas du panier avec un peu de pâte à fleur ramollie quelques secondes au micro-onde ou avec de la glace royale) - Avec des brins du diamètre des tiges/supports, laisser durcir puis remplacer les tiges supports par les boudins. Couper les tiges au niveau de la tresse du panier et les fixer discrètement au tressage, par l'intérieur, avec une pointe de glace royale ou de pâte à fleur ramollie.

Avec d'autres boudins, réaliser une tresse à 3 brins et la poser sur le haut du panier - Coller avec de la pâte à fleur ramollie au micro-onde quelques secondes - De la même façon, coller l'anse (qui peut être droite comme sur l'image, ou ronde)Avec d'autres boudins, réaliser une tresse à 3 brins et la poser sur le haut du panier - Coller avec de la pâte à fleur ramollie au micro-onde quelques secondes - De la même façon, coller l'anse (qui peut être droite comme sur l'image, ou ronde)

Avec d'autres boudins, réaliser une tresse à 3 brins et la poser sur le haut du panier - Coller avec de la pâte à fleur ramollie au micro-onde quelques secondes - De la même façon, coller l'anse (qui peut être droite comme sur l'image, ou ronde)

Les réalisations peuvent être blanches (comme ici), réalisées en pâte(s) colorée(s) dans la masse (exemple panier tressé rose et blanc), ou "peintes" au pinceau ou à l'aérographe après réalisation, en fonction des besoins.

Les réalisations peuvent être blanches (comme ici), réalisées en pâte(s) colorée(s) dans la masse (exemple panier tressé rose et blanc), ou "peintes" au pinceau ou à l'aérographe après réalisation, en fonction des besoins.

Voir les commentaires

LES FLEURS EN SUCRE TOURNE

Il fait partie des sucres d'art. Insensible à l'humidité, il se conserve à l'air libre, se travaille presque froid, permet de réaliser des fleurs pour le décor d'une pièce, très longtemps en avance.

 

  

 

 

 

 

 

 

Par rapport au sucre tiré (aux caractéristiques techniques différentes dont vous trouverez la recette sur ce blog) le sucre tourné offre de nombreux avantages :

 

 

-        Il se travaille presque froid 

-        Il permet de réaliser des fleurs de toutes sortes très proches des fleurs naturelles

-        Il se conserve à l’air libre et n’est pratiquement pas sensible à l’humidité, ce qui permet de fabriquer des fleurs plusieurs semaines à l'avance.

-     Il est de très longue conservation

-        Il ne nécessite pas de temps de séchage ou de durcissement (comme le pastillage ou la pâte à sucre)

-        Il devient plus beau après quelques jours (après avoir « tourné »).

 

Un bon moyen de s'initier au travail du sucre et de décorer wedding cakes, gâteaux de toutes sortes, bûches, entremets, centres de tables ... à peu de frais. Les fleurs en sucre à la portée de tous !

 

 

 

 

 

Il existe 2 façons de réaliser du sucre tourné :

 

SUCRE TOURNE " A LA FRANCAISE"

 

PRINCIPE : Le sucre est cuit, refroidi, détaillé en morceaux puis chaque morceaux est façonné afin de confectionner la fleur. Le sucre "tourne" au bout de quelques jours et peut être verni ou coloré en surface à l'aide d'un pinceau ou par pulvérisation (aérographe).

 

SUCRE TOURNE " A LA BELGE"

 

PRINCIPE : Le processus est le même mais on incorpore, par massage du sucre au moment du façonnage, un peu de fécule mélangée à du colorant alimentaire.

Cette façon de procéder confère aux fleurs un aspect "velouté" d'un plus bel effet. Le sucre ne tourne pas, la fleur est immédiatement utilisable mais ne peut pas être ni colorée ni vernie après façonnage.

 

INGREDIENTS

 

1 kilo de sucre en morceaux

400 gr d’eau

50 à 75 gr de sirop de glucose

 

Pour de quantités plus faibles, respecter les mêmes proportions : eau 40% du poids du sucre, sirop de glucose 5 à 8 % du poids du sucre : exemple : sucre 250 g, eau 100 g, sirop de glucose 15 g (une noisette).

Il est très important de ne pas mettre trop de sirop de glucose. Il en faut un peu mais, trop en mettre, empêche le sucre de tourner. Dans ce cas, il reste transparent.

 

 

 

Décor de surface - (Pour donner un aspect velouté aux pétales)

 

Colorant alimentaire en poudre

Fécule de maïs ou de pomme de terre

Alcool (idéalement à 90°)

 

Le sucre peut être coloré dans la masse (le colorant est alors ajouté à 130 degrés environ), ou coloré en surface. Il peut aussi être vernis à l'aide d'un vernis alimentaire (voir ma recette sur ce site : http://www.dauphingourmet.com/2014/04/le-vernis-alimentaire.html)

.

 

 

 

PREPARATION DU COLORANT DE FACONNAGE (pour donner un aspect "velouté")

 

La veille mélanger environ 1 demi cuillère à café de colorant poudre avec 2 cuillères à soupe de fécule, ajouter un peu d'alcool à 90 pour obtenir une pâte sèche.

A défaut d'alcool à 90 (difficile à trouver, on peut utiliser de l'alcool à 70) - On peut aussi diluer le tout dans un peu d'eau chaude mais il faudra ensuite bien pulvériser le tout pour éviter les morceaux qui risqueront de détériorer l'aspect final des fleurs.

 

 

 

sucre-tourne9.jpgir l

 

Faire complètement sécher (four doux, radiateur, étuve ...), bien écraser entre deux feuilles de papier cuisson et passer au travers d'une passoire très fine.

Obtenir une poudre la plus fine possible.

 

On peut réaliser et utiliser toutes les teintes pour donner reflets et couleurs aux réalisations et/ou un aspect velouté sur les pétales des fleurs.

Le cas échéant, se référer à mon article sur les "trucs et astuces de fabrication des fleurs" 

 

http://www.dauphingourmet.com/2014/04/pate-a-fleurs-trucs-et-astuces-de-fabrication-des-fleurs.html

 

 

MISE EN OEUVRE

 

 

 

 

Peser précisément tous les ingrédients.

 

sucre-tourne10.jpg

 

Mettre l’eau et le sucre dans une casserole bien propre (idéalement frottée au sel), chauffer doucement jusqu’à ébullition en prenant soin de bien fondre tous les cristaux de sucre –

Ecumer éventuellement les impuretés - (un sucre mal nettoyé risque de recristalliser très vite, sans laisser le temps de façonner les fleurs)

 

A ébullition, ajouter le sirop de glucose -

Poursuivre la cuisson en nettoyant régulièrement les bords de la casserole avec un pinceau humide (pour éviter que les projections brunissent et colorent la masse de sucre et la fassent recristalliser rapidement ensuite).-

 

A 130 degrés, ajouter quelques gouttes de colorant liquide si l'on veut colorer la masse.

 

Cuire à 143/145 degrés C. (cuisson dite "au cassé")

 

 

 

Il est important de respecter les températures de cuisson. Un sucre insuffisamment cuit se déforme après façonnage, un sucre trop cuit, c'est-à-dire trop concentré, devra être chauffé plus fort et sera donc plus difficile à façonner, surtout quand on n'a pas l'habitude de manipuler le "chaud".

 

Quand le sucre est cuit, tremper une seconde le fond de la casserole dans un peu d’eau froide pour arrêter la cuisson – Laisser "débuller" le sucre avant de le couler (quelques instants).

 

sucre-tourne5.jpg

 

Couler le sucre sur une feuille de plastique alimentaire (SILPAT, EXOPAT …), idéalement entre 4 règles huilées, dans un cercle pâtisserie huilé ou sur un marbre légèrement huilé – On peut, simplement, couler le sucre en "crêpe" sur la feuille de silpat. Eviter de trop racler le sucre sur le fond de la casserole, le frottement amorce la cristallisation.

 

Laisser reposer et refroidir le sucre –

 

Quand le sucre est presque froid, mais encore malléable, marquer le sucre en carrés de 2 x 2 cm environ avec un couteau huilé ou d'une spatule, ce qui facilitera grandement la phase de découpe).

 

 

 

sucre-tourne6.jpg

 

 

 

 

Quand le sucre est complètement refroidi, détailler et casser le sucre en morceaux.

sucre-tourne4.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A ce stade, on peut utiliser le sucre de suite ou le conserver dans un récipient à l'abri de l'humidité (prévoir d'entreposer dans le récipient un produit anti-humidité du commerce), pour une utilisation ultérieure (sous quelques jours).

 

 FACONNAGE :

 

Poser quelques carrés de sucre sous une source de chaleur (lampe à sucre, four allumé à environ 150 degrés, résistance électrique, décapeur thermique etc ...) pour ramollir le sucre. Ne ramollir que quelques carrés, au fur et à mesure des besoins -

 

La chaleur doit être assez douce car le sucre doit être juste ramolli sans être fondu.

 

Entre les doigts des deux mains (pouce et index), amincir un petit carré de sucre en l'affinant le plus possible, et en le façonnant, si nécessaire, sous la source de chaleur.

Réaliser ainsi les pétales. Généralement, le sucre tourne pendant le façonnage, le simple frottement des doigts étant suffisant pour le faire tourner.

 

 

Après quelques jours, le sucre, transparent à la confection,  tourne, devient opaque et imite au mieux la fleur naturelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

COLORATION DU SUCRE

 

La coloration du sucre peut se faire dans la masse en ajoutant du colorant dans le sucre en cuisson, ou effectuée au façonnage.

Dans ce cas, pour des pétales colorés, tremper le pouce et l'index de chaque main dans le colorant et affiner de la même façon le pétale, ou les feuilles.

Avec ce procédé, on obtient très facilement des pétales nuancés à l'aspect velouté et des reflets.

On peut n'utiliser qu'un seul sucre et varier les couleurs uniquement en utilisant des colorants de couleurs différentes. 

 

La réalisation du pétale coloré se fait par pression des doigts sur le sucre et non par étirement. Si l'on étire le sucre, il se produit des petites crevasses inesthétiques qui seront visibles après quelques jours.sucre-tourne8.jpg

 

Pour uniformiser l'aspect et la couleur, frotter et masser légèrement le pétale terminé avant de le coller.

 

 

Veiller à conserver une partie du pétale sans colorant afin de faciliter son collage ultérieur sur le coeur de la fleur.

 

Le "collage" se fait en chauffant légèrement le bout du pétale sur une source de chaleur (gaz, lampe à alcool ...). Attention aux brûlures !

 

 sucre-tourne-12.jpg

 

Astuce : Pour réaliser le coeur d'une rose, j'utilise une douille autour de laquelle je colle les pétales.

.suce-tourne8.jpg

Les pétales prêts à être collés

 

Pour les astuces de réalisation des fleurs, on peut s'inspirer des techniques inhérentes à la pâte à fleurs. Voir mon article sur ce blog : http://www.dauphingourmet.com/2014/04/pate-a-fleurs-trucs-et-astuces-de-fabrication-des-fleurs.html

  Des roses en cours de confection !

 

 

.

 

LES FLEURS EN SUCRE TOURNE

Voir les commentaires

Proche du praliné, c'est un mélange de fruits secs (amandes, noisettes grillées …), bruts ou mondés et de sucre. On obtient une préparation plus ou moins tendre en ajoutant à cette préparation une quantité de couverture fondue pouvant atteindre 50% de la masse qui est, après incorporation du chocolat, repassée au broyeur ou au cutter.

Des noisettes grillées mélangées à du chocolat de couverture noir donneront un gianduja foncé qui pourra être rendu amer par un apport de pâte de cacao - Avec une couverture au lait, il sera plus clair -

Il peut être enrichi de fruits et d’alcool et se met au point comme un chocolat classique 

 

GIANDUJA FONCE AUX NOISETTES

Broyer ensemble au mixer jusqu’à l’obtention d’une pâte moelleuse, 1000 g de noisettes grillées 10 minutes dans un four à 180° avec 1000 g de sucre glace,  600 g de chocolat de couverture noir et 2 pincées de sel -

GIANDUJA CLAIR AMANDES NOISETTES

Broyer ensemble au mixer jusqu’à l’obtention d’une pâte moelleuse, 500 g de noisettes et 500 g d'amandes grillées 10 minutes dans un four à 180° avec 1000 g de sucre glace,  600 g de chocolat de couverture au lait, 100 g de beurre de cacao Mycryo et 2 pincées de sel -

GIANDUJA AUX FRUITS (oranges)

Ramollir au bain-marie 1000 g de gianduja (foncé ou clair) avec 600 g d'oranges confites hachées finement et macérées dans 150 g de liqueur à l'orange (Cointreau, Grand-Marnier, …) et la liqueur de macération.

Abaisser entre 2 règles sur une hauteur de 1 cm et entreposer au frais 12 heures -

QUELQUES RECETTES

(TIREES DE MON LIVRE " LES PETITS CHOCOLATS DE PAPY)

 

PYRAMIDES AU GIANDUJA

Bouillir 100 g de crème fraîche entière puis verser bouillant sur 200 g de gianduja noisettes -

Lisser au fouet puis ajouter 50 g de beurre doux en pommade - Mélanger vivement au fouet pour obtenir un appareil lisse et homogène.

Laisser tiédir puis, quand l’appareil est à 25° garnir aux 4/5 des moules en forme de pyramide chemisés de couverture au choix, noire ou lactée -

Entreposer 12 heures au frais puis obturer les moules - Démouler après cristallisation de la couverture

 

 

CARRES GIANDUJA CACAHUETES

Mélanger 275 g de beurre de cacahuètes (ou 275 g de cacahuètes mixées finement) avec 30 g de sucre inverti puis ajouter 180 g de chocolat au lait fondu à 45° -

Mettre au point la masse puis couler entre 2 règles sur une hauteur de 1 cm sur une feuille de papier sulfurisé - Laisser cristalliser au frais pendant 12 heures  -

Préenrober à l’aide d’une palette de couverture noire mi-amère, laisser cristalliser 12 heures au frais puis découper en carrés et enrober - Décor poudre de cacahuètes

 

PALETS CROUSTILLANTS AU GIANDUJA

Fondre ensemble 75 g de chocolat de couverture noire amère (70%) avec 500 g de gianduja lait/amandes 50/50 puis ajouter 100 g de crêpes dentelles écrasées -

Couler entre 2 règles sur une hauteur de 1 cm  - Laisser cristalliser 12 heures au frais puis détailler en rectangles - Enrober de couverture noire  - Décor feuille de transfert  -

 

BONBONS GIANDUJA BLANC / COCO

Bouillir 200 gr de crème fraîche avec 100 gr de sirop de glucose et 50 g de coco râpé – Verser chaud sur 500 gr de chocolat blanc, 50 g de beurre de cacao Mycryo et 100 gr de gianduja chocolat blanc noisettes 50/50 -

Tiédir à 35 degrés puis ajouter 100 gr de beurre doux – Couler en cadre sur une hauteur de 1 cm – Laisser cristalliser au frais 12 heures puis détailler en rectangles - Laisser cristalliser au frais 12 heures puis tremper dans une couverture blanche au point  - Décor au choix (transfert fantaisie ou fourchette).

 

BARQUETTES GIANDUJA / COINTREAU

Bouillir 200 g de crème fraîche avec 30 g de sorbitol - Verser bouillant sur 200 g de chocolat de couverture lait et 150 g de gianduja lait /noisettes 50/50.

Laisser tiédir  -  A 35°, ajouter 50 g de beurre doux en pommade et 50 g de Cointreau  - Laisser tiédir -

A 27° garnir des barquettes aluminium chemisées de couverture lait et laisser cristalliser au frais 12 heures  - Retirer les barquettes pour ne conserver que le contenant en chocolat -

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Commercialisées sous différentes appellations notamment "Twinuts" chez Benenuts, "Craquantes" chez Auchan, etc ... ces petites douceurs croustillantes, consommées à l'apéritif, sont très simples à réaliser chez soi -

Elles se fabriquent idéalement à l'aide d'une turbine à dragées mais tous n'en possédant pas, pour la recette et la démonstration, je les ai réalisées dans un saladier, montrant ainsi que chacun peut aisément les faire chez soi, à des parfums différents, pour varier les plaisirs.

INGREDIENTS

200 g de cacahuètes avec ou sans peau

100 g de sucre

5 g de sel

350 g de farine de riz 

150 g d'amidon (de maïs, de riz, de pomme de terre …)

1 sachet de levure chimique

1 blanc d'œuf (facultatif)

15 g d'épices en poudre au choix (4 épices chinoises, muscade, épices à pain d'épices, anis vert en poudre, cannelle, raz-el-hanout, curry, etc …) 

Huile pour friture en quantité suffisante

 

MISE EN OEUVRE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bouillir 100 g d’eau avec le sucre, et le  sel jusqu’à dilution  – Laisser refroidir -

Fouetter légèrement un blanc d'œuf et mélanger quelques instants, au fouet, le blanc d'œuf avec le sirop. Pour les personnes "vegan" ou allergiques à l'albumine, on peut se passer du blanc d'œuf qui n'a d'autre fonction que de permettre une meilleure adhérence des farines sur les fruits.

 

 

Si vous utilisez des arachides avec peau brune :

Dans une casserole, faire bouillir de l'eau et blanchir quelques secondes les arachides ce qui va permettre à la peau d'adhérer et de se serrer sur les fruits en les maintenant bien en place - Sans cette précaution, les peaux s'élimineraient pendant le travail d'enrobage et le géneraient - Egoutter et réserver -

Si vous utilisez des arachides blanches (déjà mondées) : Cette phase de blanchiment n'est pas nécessaire  - Les arachides mondées donnent des bouchées plus petites (comme celles du commerce) car les deux moitiés des fruits se séparent pendant le travail -

 

 

 

Mélanger ensemble, la levure chimique, la farine de riz, les épices et l'amidon (ici j'ai utilisé de la Maïzéna) - 

Bien mélanger -

 

 

 

 

 

 

 

Mettre les arachides dans  un saladier,  ajouter un peu de sirop (1 bonne cuillère à soupe, pas plus), bien enrober en mélangeant pendant quelques instants environ puis saupoudrer, en s'aidant d'une passoire, d'un peu du mélange farines/épices au travers d'un tamis –  

 

 

 

 

 

 

 

 

Mélanger à nouveau en faisant rouler les arachides sur elles-mêmes, en s'aidant d'une spatule en début de travail puis en faisant tourner la bassine sur elle-même de façon à faire tourner les fruits pour les arrondir -  

 

 

 

 

 

 

 

Ôter le surplus en utilisant un tamis à larges mailles -

 

 

 

 

 

Renouveler l’opération d'ajout de sirop, mélange, puis charge farine,  autant de fois que nécessaire jusqu’à l’obtention de la grosseur souhaitée – 

En fin de travail, débarrasser les arachides et les dépoudrer en les secouant au travers un tamis à grosses mailles –

 

 

 

 

Réserver à température ambiante pendant 2 à  3 heures afin de permettre l'évaporation d'une grande partie de l'eau du sirop (qui mélangée à l'huile pourrait être dangereuse) 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chauffer de l'huile d'arachide en quantité suffisante dans une bassine à friture à 155° (la température se mesure facilement avec un thermomètre de confiseur) -

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Frire les cacahuètes enrobées jusqu’à coloration (2à 3 minutes environ) -

 

 

 

 

 

Débarrasser sur papier absorbant et laisser refroidir avant de déguster -

La cuisson des arachides peut aussi être réalisée dans un four préchauffé à 150° jusqu'à coloration (10 minutes environ)

 

 

Bon appétit !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires


Presque exclusivement utilisée par les professionnels, la technique est simple mais délicate à mettre en œuvre -.
Elle permet de réaliser toutes sortes d'objets et sujets en chocolat, par simple moulage -
Les sujets sont mats après démoulage et nécessitent un vernis alimentaire de finition (voir ma recette de vernis alimentaire sur mon blog) -

Le cas échéant, on peut aussi pulvériser les objets à l'aide d'une bombe "velours" après passage au congélateur afin de leur donner cet aspect -
 

Ci-après exemple avec une coque de téléphone portable (jouet) - Le sujet a été réalisé à l'aide de plusieurs chocolats -

Ingrédients :

  •   300 g d'eau
  •   100 g de gélatine en poudre (200 blooms)
  •   100 g de sucre cristal
  •   chocolats (ivoire, noir et lacté)

 

 
 
PREPARATION
 

Dans une casserole, faire bouillir l'eau. Retirer du feu.
Mélanger la gélatine poudre avec le sucre puis ajouter, en pluie, dans l'eau chaude sans cesser de remuer (créer un tourbillon)
Bien remuer sur le feu jusqu'à ce que le mélange soit translucide. Laisser refoidir (sans prise)

 

Prendre l'objet à reproduire (correctement lavé) et l'enduire d'un peu de gélatine. Le poser au fond d'un récipient pouvant le contenir (1 cm de chaque côté doit rester libre, au minimum).

Laisser durcir au congélateur pendant 5 minutes.

 

 

Pendant ce temps, vérifier la température de la gélatine. Elle doit être à 45°C. Le cas échéant, la descendre en température sur un bain-marie froid.

Dès la sortie du congélateur, couler la gelée sur l'objet (en général l'objet n'a pas besoin d'être graissé, sauf s'il s'agit d'un objet poreux ou en plâtre...). .

Entreposer le tout plusieurs heures au réfrigérateur.
Lorsque la gélatine a bien durci, découper le moule de gélatine, par le milieu, avec un cutter, la transparence de la gélatine permet de bien découper le moule.

Retirer le sujet délicatement.

Pour des sujets pleins, réunir les deux parties du moule en réalisant une parfaite jointure et les maintenir par des élastiques larges. Prévoir éventuellement un goulot pour verser le chocolat.

 

Mettre les couvertures de chocolat au point (voir mes recettes).

 

Verser le chocolat tempéré (30°C) dans le moule de gélatine qui doit être très froid (6°C maximum) pour éviter la fonte partielle de la gelée.

Tapoter légèrement pour faire partir les bulles (on peut superposer plusieurs chocolats, faire des marbrures...).

 

Remettre le moulage environ 15 minutes au réfrigérateur et démouler.

NB : Les objets sont mats et nécessitent d'être vernis (vernis alimentaire) ou recouverts d'une couche de chocolat fondu passé au pistolet ou à la bombe "velours".

http://www.dauphingourmet.com/2014/04/le-vernis-alimentaire.html

Pour des moules plus fermes encore, on peut augmenter la quantité de gélatine.

La gélatine peut être refondue et réutilisée pour d'autres moulages si nécessaire -

 

Voir les commentaires

pain-de-mie-2.jpg

 

Une mie dense,de bonne tenue, exceptionnelle quant à son goût et sa tendreté  !

 

pain-de-mie-7.jpg

Pour 3 pain de mie moulés (moules ronds ou coeurs de 22 x 7 cm)

 

12 gr de fleur de sel

12 gr de sucre en poudre

1 oeuf moyen (50 gr)

250 gr de lait tiède

500 gr de farine (T45 ou 55)

1 sachet de levure de boulangerie sèche

50 gr de beurre doux

 

MISE EN OEUVRE

Dans une casserole, fondre le beurre doucement, sans bouillir, et réserver -

Dans la cuve du batteur, mettre le sel, le sucre, l'oeuf entier, le lait tiède (le dos d'un doigt trempé dans le lait ne doit laisser ressentir ni chaud ni froid), la farine et la levure préalablement mélangées ensemble et pétrir quelques minutes pour bien mélanger.

Ajouter le beurre fondu et continuer à pétrir environ 5 minutes à vitesse moyenne jusqu'à l'obtention d'une pâte souple - Si la pâte est trop ferme, ajuster avec un peu de lait ( il peut y avoir des différences sensibles d'absorption en fonction des farines).

Quand la pâte est prête, la laisser dans le bol du batteur, couvrir ce dernier d'un torchon propre et entreposer dans un endroit tiède (près d'un radiateur par exemple) à l'abri des courants d'air- Laisser lever pendant 1h30 environ - Si la pâte n'a pas assez levé, la laisser un peu plus longtemps -pain-de-mie-4.jpg

Beurrer légèrement des moules à pain de mie à couvercle  ( 22 cm de long sur 7 cm de diamètre) avec un peu de beurre fondu et réserver -

Quand la pâte a correctement levé, détailler en 3 pâtons de 280/300 gr environ et garnir les moules - pain-de-mie-6.jpgRemettre à lever 1 heure environ dans le moule fermé avec le couvercle -pain-de-mie-5.jpg

Cuire à 230 degrés pendant 25 minutes.

pain-de-mie-3.jpg

Démouler dès la sortie du four et laisser refroidir sur grille afin d'éviter la condensation dans les moules -

Détailler à froid (Astuce : Remettre les pains dans les moules et utiliser ces derniers comme guides de coupe en faisant glisser la lame du couteau sur les bords du moule )-

Se tranche encore mieux en tranches fines, après 48 heures.

Ce pain se conserve 1 semaine au frigo dans un torchon et se congèle parfaitement (laisser reprendre corps à température ambiante 30 minutes environ)pain-de-mie.jpg

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>

Le blog de Bernard DAUPHIN

Le blog de Bernard DAUPHIN

"Le Blog d'un ex-professionnel (chocolatier confiseur et chef de cuisine) - Plus que des recettes, le partage et la transmission du savoir, du savoir-faire, de tours de main et d'astuces professionnels - "

Articles récents

Hébergé par Overblog