750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
TARTE AUX POIRES AMANDINE FACON TATIN

 

Cette tarte de saison est sublime ! On peut la réaliser de la même façon sans crème d'amandes en "Tatin" plus classique.

Bien que l'appellation "Tarte Tatin" soit normalement exclusivement réservée à la tarte aux pommes, elle est appliquée aujourd'hui à toutes les tartes cuites "à l'envers" car elle donne de suite la manière dont elles ont été cuites et sont présentées.

 

INGREDIENTS Pour un moule de 24 cm x 5 environ

2 kilos de poires

500 g de beurre doux

500 g de sucre

2 gousses de vanille fendues

Pâte brisée ou feuilletée selon goût en quantité suffisante

Pour la crème frangipane

150 g d'amandes en poudre (torréfiées 10 minutes dans un four à 180°)

150 g de beurre doux

150 g de sucre glace

100 g d'œufs (2 œufs moyens environ)

15 g de maîzéna

15 g de rhum brun

200 g de crème pâtissière

Pour le caramel :

200 g de sucre cristal

Pour le glaçage : 2 g d'Agar-agar

 

MISE EN OEUVRE

 

Caramel : Dans une casserole, réaliser un caramel à sec avec le sucre cristal et chemiser le fond et les bords d'un moule à manqué de 24 cm de diamètre -

Réserver et laisser refroidir le caramel -

POIRES :

Peler les poires et les couper en 4

Dans une casserole, porter à ébullition 750 g d'eau avec 2 gousses de vanille, 500 g de beurre et 500 g de sucre (il n'y a pas d'erreur sur les quantités indiquées)-

Pocher doucement (l'eau doit frémir sans bouillir) les quartiers de poire pendant 30 minutes environ (+ ou - en fonction de leur grosseur et de leur espèce : les poires doivent pouvoir être transpercées assez facilement sans être défaites) -

Laisser refroidir puis disposer les quartiers de poires sur le caramel en les serrant bien les uns contre les autres ce qui évitera à la tarte de s'affaisser au démoulage et en améliorera la présentation -

Réserver -

TARTE AUX POIRES AMANDINE FACON TATINTARTE AUX POIRES AMANDINE FACON TATIN
TARTE AUX POIRES AMANDINE FACON TATINTARTE AUX POIRES AMANDINE FACON TATIN

Réaliser la crème frangipane :

Dans le batteur, mettre le beurre en pommade, la poudre d'amande (préalablement torréfiée 10 minutes dans un four à 180 degrés pour en développer la saveur), les œufs, et travailler à vitesse assez rapide pendant quelques minutes pour "blanchir" l'appareil.

Ajouter ensuite la maïzéna, le rhum et la crème pâtissière.

Bien mélanger pour obtenir un appareil homogène puis verser et répartir uniformément cette crème frangipane sur les poires -

Etaler la pâte (brisée ou feuilletée) sur une épaisseur de 3 mm environ, la poser sur le moule et couper le surplus tout autour du moule -

Rentrer les bords de la pâte autour des poires en l'enfonçant un peu -

Cuire à 180 degrés pendant 1 heure -

A la sortie du four, laisser refroidir complètement la tarte avant de la démouler froide (sinon la frangipane risque de couler) -

Pour démouler facilement la tarte, la chauffer légèrement sur une source de chaleur, la faire tourner dans le moule à la main en appuyant légèrement pour vérifier qu'elle ne colle pas et retourner sur le plat se service

Glaçage :

Bouillir un verre de jus de cuisson des poires (100 g environ) avec 2 g d'agar-agar -

Chinoiser à la passoire fine -

Etendre le glaçage chaud, au pinceau, sur la tarte froide -

Réserver jusqu'à dégustation -

PS :

Le sirop de cuisson des poires peut être congelé pour une utilisation ultérieure voire être utilisé pour la réalisation d'autres pâtisseries -

NB : Après un passage de quelques heures au frigo, le beurre reprend corps et peut être facilement séparé du sirop. Il peut être utilisé séparément.

TARTE AUX POIRES AMANDINE FACON TATIN

Voir les commentaires

 

Une présentation moderne et tendance pour un classique de la pâtisserie !

INGREDIENTS POUR 2 GALETTES DE 30 CM 

600 g de pâte feuilletée pur beurre

1 kilo de poires mûres à point (ici comice)

1 gousse de vanille grattée

150 g de sucre

750 g d'eau

Pour la crème d'amande

1/4 de litre de lait

25 g de farine

125 g d'amandes en poudre

15 g de rhum brun 

3 œufs entiers (2 + 1)

50 g de beurre doux

4 feuilles de pâte à filo

Beurre en quantité suffisante

Pour la dorure :

1 jaune d'œuf fouetté avec un peu de lait

Pour le sirop de glaçage

125 g de sucre bouilli avec 100 g d'eau et 10 g de rhum brun

 

MISE EN OEUVRE

Etaler la pâte feuilletée et détailler 4 disques de 30 cm de diamètre -

Réserver au frigo

Eplucher les poires, les couper en 2 et les cuire avec l'eau, la vanille et le sucre pendant environ 15 minutes en les conservant légèrement fermes -

Dans une casserole, bouillir le lait  - Réserver -

Dans un cul-de-poule, fouetter 2 œufs entiers avec le sucre puis ajouter la farine, le rhum, les amandes.

Ajouter le lait bouillant, remettre sur le feu avec le beurre et bouillir 2 minutes - Laisser refroidir -

A froid, ajouter l'œuf entier restant et fouetter vivement pour obtenir un appareil homogène -

Beurrer grassement une feuille de filo - 

Poser un disque de pâte feuilletée sur le plan de travail préalablement recouvert d'une feuille de papier cuisson, poser dessus la feuille de filo -

Réaliser un disque de crème aux amandes sur la feuille de filo, poser dessus la moitié des poires pochées et refroidies, recouvrir d'une seconde feuille de pâte filo et enserrer la crème à l'intérieur -

Cette astuce évitera à la garniture de la pâte de fuiter au travers des ouvertures, à la cuisson -

Dorer légèrement à l'œuf la périphérie de la garniture pour faciliter l'adhérence des 2 disques de pâte -

Découper, à l'aide d'un emporte-pièce, des ouvertures dans un second disque de pâte feuilletée et poser ce disque sur le premier -

Bien faire adhérer la pâte -

Découper la galette et parfaire, si besoin, le décor (ici petites feuilles découpées dans la pâte) -

Dorer avec la dorure et entreposer au frigo 30 minutes minimum -

Dorer une seconde fois puis cuire 40 minutes dans un four préchauffé à 170° -

3 minutes avant la fin de la cuisson, glacer la galette avec le sirop de glaçage et remettre au four pour fixer le glaçage -

Déguster tiède

 

Voir les commentaires

 

 

 

 

Un grand classique de la pâtisserie, mais c'est plus pour la technique de réalisation de la bordure que pour la recette en elle-même. 

INGREDIENTS

250 g de pâte feuilletée pur beurre

Pour la garniture :

8 demi-poires au sirop (maison ou du commerce)

Pour la crème amandes :

50 g de beurre doux pommade

50 g de sucre

1 oeuf

50 g de poudre d'amandes torréfiée

5 g de farine ou de maïzéna

5 g de rhum brun

1 gousse de vanille 

Pour le glaçage et la finition :

Quelques amandes effilées grillées

Sucre gros grains

100 g de jus de cuisson des poires

1 cuillère à soupe rase de Vitpris

25 g de sucre

1 cuillère à café de rhum brun 

 

MISE EN OEUVRE

Etaler la pâte feuilletée sur une épaisseur de 3 mm environ -

Marquer la pâte légèrement avec un cercle de 20 cm de diamètre puis tracer des demi-cercles sur la périphérie avec un cercle à entremet individuel de  6 cm en appuyant légèrement.

Découper la pâte avec un couteau tranchant (pour que la pâte monte bien il faut la trancher franchement sans l'écraser) -

Réserver au frigo -

Crème amandes :

Battre le beurre avec le sucre puis ajouter l'œuf et la poudre d'amandes - Battre à nouveau pour homogénéiser la crème puis ajouter la farine, l'intérieur de la gousse de vanille et le rhum -

Sortir la pâte du frigo et poser dessus le cercle de 20 cm préalablement beurré -

A l'intérieur du cercle, garnir la tarte avec la crème puis disposer, en étoile,  les 1/2 poires au sirop, tranchées -

Cuire - avec le cercle (il évite à la crème de couler et permet au feuilletage extérieur de monter correctement) - 40 minutes environ dans un four préchauffé à 180° -

Facultatif : un peu avant la fin de la cuisson, saupoudrer les poires d'un peu de sucre glace, il permettra de marquer les tranches de poires en brunissant légèrement - Sinon, marquer légèrement les tranches avec un chalumeau à la sortie du four -

Retirer la tarte du four et ôter le cercle - Laisser refroidir sur grille -

Quand la tarte est refroidie, napper la tarte avec le nappage tiède, réalisé en portant à ébullition le sirop de cuisson des poires, le Vitpris et le sucre mélangés ensemble et le rhum -

Disperser un peu d'amandes effilées et de sucre gros grains -

 

 

 

 

Voir les commentaires

 

farci-vendeen-copie.jpg

Plat emblématique, simple et authentique, il est préparé traditionnellement à base des légumes verts que l'on trouve dans son jardin  : choux, blettes, oignons, poireaux, salades, épinards, oseille, orties. On peut y ajouter des morceaux de poitrine de porc (voire même des rillettes), liés avec des oeufs, quelques fois à la mie de pain trempée ...  Le farci vendéen se distingue du farci poitevin par une proportion plus importante de chou.

Chaque famille, ou presque, possède sa propre recette qui varie, d’ailleurs, en fonction des disponibilités des légumes au cours de la saison. Pour ma part, les blettes sont indispensables.

Il peut être cuit au four ou, fermement roulé dans un linge, poché dans du bouillon –

Il se sert tranché, en entrée avec une vinaigrette, ou en légumes avec viande ou poisson.

 

 

INGREDIENTS POUR  2 TERRINES

1 beau chou vert

1 kilo de blettes

4 à 5 Oignons moyens

250 gr de jambon de Vendée détaillés en lardons (à défaut de la poitrine fumée)

1 botte de Persil

1 botte de Ciboulette

4 gousses d’ail

1 botte d’oseille (ou d’orties)

250 gr de Crème fraîche

6 œufs Œufs

Sel – poivre –

 

Laver le chou, détacher quelques belles feuilles qui serviront à garnir les terrines, puis détailler le reste du chou en très fines lanières qui seront mises à cuire, pendant 15 minutes environ, dans une grande quantité d’eau salée – farci-vendeen-2.jpg

 

Cuire les blettes pareillement après avoir coupé finement les cotes

 

Faire légèrement revenir le jambon à la poêle puis faire de même avec les oignons avec une noix de beurre 

 

Dans un grand récipient, mélanger intimement le chou et les blettes fortement pressés pour en extraire un maximum d’eau, les oignons, le jambon, l’ail haché finement, et le reste des herbes ciselées –

Ajouter ensuite les œufs battus en omelette avec la crème fraîche, le sel, le poivre – Bien mélanger l’appareil - farci-vendeen-3.jpg

 

Chemiser 2 terrines avec les feuilles de chou puis répartir la préparation dans les terrines – farci-vendeen-4.jpg

Cuire à 180 degrés pendant 1 heure 30 heures environ – (vérifier la cuisson avec une lame qui doit ressortir sèche) -

A la sortie du four, poser un poids sur les terrines puis entreposer au frigo jusqu’au lendemain –

 

Trancher au moment (peut se réchauffer à four doux si on l’utilise comme accompagnement). farci--vendeen-1.jpg

 

Voir les commentaires

LE NOUGAT DE MONTELIMAR

Le goût des vacances ! J'en fabrique en longueur d'année, il y en a toujours à la maison. Sa fabrication est très facile et vraiment à la portée de tous.

Le nougat de Montélimar est un nougat à pâte aérée obtenue uniquement au moyen d'albumine d'œuf (en poudre) et/ou de blanc d'œuf de poule.

Depuis un décret du 12 mars 1996, il doit contenir au moins 30% d'amandes douces entières de l'amandier (sans pistaches) ou 28% d'amandes et 2% de pistaches (émondées en provenance de Sicile), d'une part, et 25% de miel par rapport aux matières sucrantes totales, d'autre part. La part minimale de miel est donc approximativement de 20 à 21% de miel par rapport à la matière totale, en pratique cette part de miel peut aller de 35% à 66% de la matière totale. Certains nougatiers n'emploient que du miel de lavande.

Traditionnellement il est aromatisé uniquement à la vanille (arome naturel avec un minimum de 0.5 g équivalent gousse par kilo de matières sucrantes) -

Sauf erreur de ma part (législation dont je n'aurais pas connaissance), le nougat de Montélimar ne bénéficie pas d'une IGP. Sans ce logo IGP délivré par la Communauté européenne, un « Nougat de Montélimar - Tendre - Recette traditionnelle du nougat de Montélimar », peut être fabriqué partout dans le monde, qu'il soit vendu à Paris ou sur un marché rural de Provence. Il faut bien sûr que la recette ci-dessus soit respectée, sinon il s'agit de fraude.

Cette recette, dont la mise en œuvre s'inspire des procédés industriels, "marche" très bien et donne vraiment un excellent résultat.

Je vous conseille de le laisser maturer quelques jours à température ambiante avant de le couper, il se tranchera plus facilement.

INGREDIENTS (1 moule de 20 x 20 x 4,5 cm)

450 g amandes blanches mondées (ou 420 g d'amandes blanches mondées et 30 g de pistaches non salées)

600 sucre (550 + 50 g pour soutenir les blancs)

250 de miel de lavande (à défaut utiliser du miel toutes fleurs)

150 g d'eau

10 g d'extrait de vanille naturelle liquide (2 cuillères à soupe)

150 de sirop de glucose (en supermarché rayon aides pâtissières)

75 blancs d'œufs (le blanc de 2 gros œufs)

2 feuilles de papier azyme (magasins spécialisés, certaines jardineries, ou par correspondance)

MISE EN OEUVRE

Couvrir un moule carré de 20 x 20 x 4.5 cm d'un film alimentaire puis le chemiser d'un papier sulfurisé -

Poser à l'intérieur du moule, sur le papier sulfurisé, une feuille de papier azyme découpée aux dimensions intérieures du moule - Prévoir une planchette de 20 x 20 cm pour presser le nougat après réalisation -

Poser le moule sur une plaque de four ou une planche à découper, pour le déplacer facilement, par la suite

Peser précisément tous les ingrédients -

Préchauffer le four à 175 degrés et mettre les fruits secs à torréfier pendant environ 12/15 minutes en les remuant 2 ou 3 fois pour uniformiser la torréfaction -

Réserver au chaud -

Dans une casserole à fond épais, mettre l'eau et 550 g de sucre -

Fondre le sucre doucement sur le feu puis ajouter le sirop de glucose - Cuire l'ensemble à 145 degrés en remuant 2 ou 3 fois le sucre pendant la cuisson afin de répartir la chaleur uniformément dans la masse (toutes les parties du sucre n'ont pas forcément la même température au moment de la cuisson) -

La température doit être prise dans la masse de sucre et non sur le fond de la casserole, plus chaud.

Dans une seconde casserole, cuire le miel à 125 degrés - Réserver -

Pendant que le sucre cuit, monter les blancs en neige en ajoutant les 50 g de sucre restants, à mi-parcours pour les soutenir -

Laisser tourner le batteur à vitesse moyenne si les blancs sont montés avant que le sucre n'atteigne les 145 degrés -

Si on arrête le batteur, l'eau des blancs et le sucre forment un sirop qui fait "redescendre" les blancs relativement rapidement -

Quand le sucre est à 145 degrés ajouter le miel puis remettre sur le feu et remonter le tout à 152 degrés -

A 152 degrés verser le sucre en filet sur les blancs (entre les bords de la cuve et le fouet) tout en continuant à fouetter puis ajouter la vanille liquide -

Continuer à fouetter pendant environ 2 minutes pour que la masse redescende aux alentours de 125 degrés - La masse épaissit rapidement et se raffermit -

Remplacer "le fouet" par "le crochet" du batteur et ajouter les fruits secs chauds -

Mélanger 1 minute environ pour bien répartir les fruits dans la masse puis arrêter le batteur -

Répartir uniformément le nougat dans le moule, poser dessus la seconde feuille de pain azyme, rabattre le film alimentaire sur le pain azyme puis poser une planchette puis un poids sur le nougat -

Laisser refroidir sous presse pendant 24 heures -

Je préfère laisser maturer le nougat 48 à 72 heures environ avant de détailler au choix (barres ou cubes) au couteau scie -

NB : Pour un nougat plus moelleux, utiliser 90 g de blancs d'œufs -

.D'autres recettes de nougat :

Le nougat arlequin

Mes nougats sans blanc d'œuf :

 

Mes nougats fantaisie : 

Mon nougat au chocolat :

 

 

LE NOUGAT DE MONTELIMARLE NOUGAT DE MONTELIMAR
LE NOUGAT DE MONTELIMARLE NOUGAT DE MONTELIMAR

Voir les commentaires

Je la réalise à partir d'un mélange lait concentré/crème fraîche ce qui permet, en réduisant la proportion de crème fraîche, d'en diminuer la richesse en matières grasses tout en augmentant son onctuosité -

Pour 6 personnes

150 g de jaunes d'oeufs

175 g de sucre (75 + 100)

325 g de crème fraîche

410 g de lait concentré non sucré

3 gousses de vanille

100 g de vergeoise ou cassonade 

 

MISE EN OEUVRE

Couper grossièrement les gousses (pleines, sans les gratter) et les mixer avec 75 g de sucre pendant 1 minute environ -

Dans une casserole, porter à ébullition la crème, le lait concentré et le sucre vanillé - Retirer du feu aux premiers bouillons et laisser infuser jusqu'à refroidissement complet -

Dans un saladier, blanchir les jaunes avec les 100 g de sucre restants puis ajouter, en le versant au travers d'une passoire,  le mélange lait concentré/crème fraîche froid -

 

Préchauffer le four à 150° -

 

 

 

 

 

 

Verser les crèmes dans des ramequins individuels puis les poser dans la lèche-frite du four -

Verser de l'eau jusqu'à mi-hauteur des ramequins, enfourner et cuire 50 minutes à 1 heure (fonction des fours) -

 

 

 

 

 

A la sortie du four (la crème doit être encore légèrement tremblotante) laisser refroidir puis entreposer au réfrigérateur 3 heures minimum -

Au moment de servir - Saupoudrer uniformément les crèmes de sucre vergeoise ou cassonade (à défaut du sucre cristal blanc) et caraméliser au chalumeau (j'emploie personnellement une lampe à souder) en veillant à ne pas brûler le sucre, ce qui lui conférerait un goût amer -

NB : La couche de sucre doit être uniforme (2 mm environ). Un surplus de sucre à un endroit par rapport à un autre est plus difficile à faire fondre et entraine un brulage de la crème - Pour l'éviter, il faut prendre le soin de secouer légèrement les ramequins avant de caraméliser le sucre 

Servir sans attendre afin de pouvoir apprécier le contraste entre le brûlant et le cassant du sucre caramélisé avec l'onctuosité et le moelleux de la crème froide -

 

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>

Le blog de Bernard DAUPHIN

Le blog de Bernard DAUPHIN

"Le Blog d'un ex-professionnel (chocolatier confiseur et chef de cuisine) - Plus que des recettes, le partage et la transmission du savoir, du savoir-faire, de tours de main et d'astuces professionnels - "

Articles récents

Hébergé par Overblog